top of page

Micro-aventure PACKRAFT, c'est quoi?


Deux Packraft ICARE JAWS sur une rivière en Argentine avec vue sur montagne
Micro aventure en argentine avec le Club JAWS

C’est au début du XXIe siècle que le mot « micro-aventure » fait son apparition. Il est utilisé pour la première fois par Alastair Humphreys, un citoyen britannique devenu célèbre grâce à un tour du monde réalisé en vélo (plus de 74 000 kilomètres parcourus à travers l’Europe, l’Afrique, l’Amérique et l’Asie entre 2001 et 2005) et surtout grâce aux livres racontant son périple. L’écrivain a défini ainsi le mot qu’il a créé :

« an outdoor adventure that is small and achievable, for normal people with real lives »

Ce qu’on peut traduire par :

« une aventure en plein air qui est de courte durée et accessible, pour les gens normaux dans la vraie vie ».

Ce néologisme a été repris par les médias classiques (notamment en 2012 par le magazine National Geographic qui décerne à Alastair Humphreys le prix d’Aventurier de l’année), par les sites Internet liés aux sports de nature, et par les « gens normaux » partageant leurs expériences sur les réseaux sociaux. La micro-aventure est désormais une tendance de fond dans le secteur des loisirs de plein air. Et pour cause : elle permet de vivre le frisson et l’exotisme près de chez soi ; dans son département.

Quels sont les avantages de la micro-aventure ?

Par rapport à la représentation traditionnelle de l’aventure (relever un défi extrême dans une contrée très lointaine et de préférence très hostile), la micro-aventure présente des avantages majeurs :

  • c’est moins cher. Pas besoin de billet d’avion pour traverser un océan.

  • c’est plus simple à organiser. Pas besoin de passeport ou de visa.

  • c’est plus écologique. Moins de kilomètres parcourus en véhicule à moteur.

Pratiquer la micro-aventure, c’est appliquer au secteur des loisirs la célèbre formule

« Penser global, agir local ».

La micro-aventure est une locaventure.

  • c’est adaptable à tous les profils. La micro-aventure n’est pas réservée aux sportifs hyper entraînés ou aux baroudeurs téméraires. Chacun peut concocter l’expédition qui correspond à ses capacités physiques, à ses envies, et à la composition de sa famille.

  • c’est plus souvent. Pas besoin d’endurer une année de frustration en attendant de pouvoir s’offrir LE voyage qui donne un sens au métro-boulot-dodo. La micro-aventure est possible chaque week-end si ça vous tente…

Vous l’avez compris, ce qui est « micro » c’est le budget, les contraintes, et le bilan carbone.

La micro-aventure, est-ce que ça vaut le coup ?

En pastichant un célèbre slogan publicitaire, on pourrait affirmer :

« La micro-aventure, c’est facile, c’est pas cher et ça peut rapporter gros ».

Qu’est-ce que ça rapporte ? A pied, à cheval, en vélo ou en packraft JAWS, la micro-aventure vous permet de (re)découvrir votre territoire. Vous prenez le temps de porter un regard neuf sur les beautés de la nature. Vous vous laissez surprendre par des sites méconnus. Vous ressentez l’émotion du dépaysement sans quitter la France.

En grimpant, en pédalant, en pagayant, vous ressentez le plaisir de l’activité physique ; à votre rythme. Vous oubliez la routine du quotidien et vous éliminez le stress.

En respirant à pleins poumons, en ouvrant vos sens, vous (ré)apprenez à jouir de l’instant présent. Vous mesurez l’intérêt de se déconnecter des réseaux sociaux et de se reconnecter au réel. Vous comprenez même la sagesse de Lao Tseu :

« Plus on va loin, moins on apprend »…

Pratiquer la micro-aventure, c’est réaliser que l’extraordinaire se trouve près d’ici, et qu’avec un peu de matériel et de sueur on peut le trouver ; y compris en soi.


5 vues0 commentaire
bottom of page